Archives mensuelles : février 2016

Parution : Adonis, « Soufisme et surréalisme »

72457Adonis, Soufisme et surréalisme, traduit de l’arabe par Bénédicte Letellier, Paris, Éditions de la Différence, 2016, 320 p., EAN 9782729122409.

Cet essai, publié en arabe en 1992, se présente sous la forme d’un dialogue imaginaire et théorique entre les soufis et les surréalistes. Ce sont des paroles, des vers, des manières d’écrire, des pensées qui se font écho pour décrire une expérience de l’absolu ou de l’absence. Selon Adonis, « le soufisme et le surréalisme nous permettent de lire sous un nouveau jour, le couple absence/présence : absence de l’homme, présence de la machine, absence du cœur, présence de la raison, absence de la nature, présence de l’industrie ». Au fil des thèmes abordés, Adonis pose les fondements d’une véritable réflexion comparatiste et poétique sur les liens qui unissent la littérature et le sacré. Que révèlent les écritures soufies et surréalistes ? Comment les lire pour dépasser les contradictions d’un monde de plus en plus déroutant et inintelligible ? En quoi ces écritures poétiques témoignent-elles d’une possible souveraineté et liberté de l’individu ? Cet essai est aussi une manière de célébrer la poésie comme un acte de création qui « libère l’homme de son exil ou de son absence dans cette réalité ». C’est en ce sens qu’Adonis cite Lautréamont : « La poésie sera faite par tous. »

Adonis est né en 1930 dans le nord de la Syrie. Il est initié très tôt, par son père paysan et fin lettré, à la langue du Coran et à la culture arabe. Il publie ses premiers poèmes à dix-sept ans. Après des études de philosophie à l’université de Damas, il s’exile à Beyrouth, où il fonde avec Yûsuf al-Khâl le groupe Chi’r (Poésie) et la revue du même nom qui aura une forte influence sur la littérature arabe contemporaine. Il a publié une douzaine de recueils de poèmes et plusieurs essais. Adonis a largement contribué à l’invention d’une véritable modernité arabe et à sa reconnaissance en Europe comme aux États-Unis. Traduit dans de nombreux pays, il est aujourd’hui le poète de langue arabe le plus connu de par le monde. En 2008, il reçoit le prix Max Jacob Étranger. Il est lauréat du Prix de la Paix Erich Maria Remarque 2015. La Différence a publié de lui : Chronique des branches (1991, 2e éd. 2012) ; Célébrations (2e éd. 2005) ; Printemps arabes. Religion et révolution (2014).