Archives mensuelles : mars 2016

Colloque : « Thirukkural : éthique et représentations. La Vertu, la Fortune et l’Amour »

affiche thirukkural2Le colloque Thiruvalluvar, organisé par Florence Callandre-Barat (Université de la Réunion, membre titulaire du laboratoire ASIES-CROIMA de l’INALCO), le Docteur Selvam Chanemougame (Président de Tamij Sangam) et Siva Someswaran (Professeur de tamoul à la Réunion), aura lieu du 14 au 16 avril 2016 à l’université de la Réunion, inauguré le jeudi 14 avril à 10h dans l’amphi bioclimatique, Amphi 550.

« Le Thirukkural, depuis le début de notre ère, a guidé et défini l’art de vivre tamoul. Il est constitué de trois parties : la première, Aram, consacrée à la sagesse, la seconde, Poroul, à la fortune et la troisième, Inbam/Kâmam, à l’amour. Ces trois thèmes qui ne sont pas exclusivement tamouls mais partagés avec le reste de l’Inde, plus souvent présentés sous leur forme sanscrite, dhârma, artha, kâma (ordre, profit et plaisir), sont les trois premiers buts de la vie d’un hindou, le quatrième étant la moksha, la libération du cycle de réincarnations. Les deux premières parties du Thirukkural sont moralisatrices et la troisième partie, le Kâmattupâl, en français, « Le Livre de l’Amour », est moins formelle. Le Livre de l’Amour n’est pas un index érotique comme l’est le kâmasutra sanscrit. Il se conforme au ton général de la littérature tamoule la plus ancienne, sans mythologie. Le Thirukkural est classique, non-sectaire et facilement mémorisable, ce qui explique certainement qu’il n’a pas connu l’oubli qui a affecté d’autres textes anciens. Chaque kural, chaque stance est coulée dans un distique de 7 pieds. Si son contenu est éternel et universel, la forme de cette œuvre est spécifiquement tamoule. Quoi qu’il en soit, elle a été traduite dans une multitude de langues indiennes et étrangères autant que la Bible, dit-on. Il en existe une dizaine de versions dont la moitié seulement est imprimée et c’est l’édition du XIIIe siècle qui sert de base à toutes les traductions actuelles.

Ce qui préoccupe l’auteur du Thirukkural, poète moraliste, est le bonheur sur terre pour tous. Le Thirukkural n’est pas considéré spécifique du temps où il a été composé et n’est pas limité au pays où il a pris naissance. Il n’y est ni question de pays tamoul, ni de langue tamoule même si l’auteur est tamoul et écrit en tamoul. Son auteur prend en compte la vie dans toutes ses dimensions et s’ouvre aux mondes. » (FCB)

Téléchargez le programme.