Licence 2

Licence 2

Lectures comparatistes : la question de l’altérité (Semestre 1)
Bernard Terramorsi

Notre appréhension de l’altérité prendra appui sur les mythologies du corps féminin et principalement sur l’étude d’un personnage mythique issu de la tradition orale malgache : Zazavavindrano  (« jeune‐fille‐des‐eaux »), encore appelée dans le sud‐ouest de la Grande Île : Ampelamanañisa  (« femme‐qui‐a‐des‐ouïes »). L’analyse d’un coprus de contes et légendes montrera que la sirène malgache est une extension indianocéanique du domaine mythique de la Mélusine médiévale européenne (Le roman de Mélusine, Jean d’Arras 1392). Cette entité aquatique –à la fois même et autre que la fée anguipède Mélusine–, est omniprésente dans le patrimoine oral malgache. L’étude de cette fille des eaux bifurquera finalement vers l’analyse de l’altérité féminine à demeure (la conjointe animale) ; le désir et la peur générés par la différence des sexes. Quand la femme autre de l’homme est re-présentée comme un autre de l’humain

Mots-clés
Altérité marine ; Différence des sexes ; Femme-poisson ; Mélusine ; Mythologie comparée ; Sirène ;  sexe féminin ; Zazavavindrano.

Bibliographie
ASSOUN, P.‐L., « Féminin et voix de l’ailleurs. Psychanalyse des Sirènes » in L’Autre et l’Ailleurs. Analyses et réflexions sur L’Odyssée . Paris : Ellipses, 1992.
ELIADE, M., « Les eaux et le symbolisme aquatique » in Traité d’histoire des religions, Paris, Payot, 1949, p. 198‐224.
LECOUTEUX, Cl., « La structure des légendes mélusiniennes », Annales , vol. 33, n°2, 1978, p. 294‐306 [article essentiel, en ligne sur Persée.com ].
MARBEAU‐CLEIRENS, Les mères imaginées. Horreur et vénération, Paris, Les Belles Lettres, 1988 [important].
OLENDER, M., « Aspects de Baubô », Revue de l’Histoire des Religions, CCII, 1, 1985, p. 3‐55 [important, en ligne sur Persée.com ].
SCHNEIDER, M, Le paradigme féminin, Paris, Aubier/Psychanalyse, 2004.
ROGER, A. « Vulva, vultus, phallus », in L’art d’aimer ou la fascination de la féminité, Seyssel, Champ Vallon, 1995
TERRAMORSI, B. (dir.) Les Filles des Eaux dans l’océan Indien. Mythes, récits et représentations.  Paris, L’Harmattan, 2010. Ill. coul. [cf. sélection de récits oraux en Annexes et articles analytiques]
TERRAMORSI, B. « Comment envisager le sexe de la femme ? Mythocritique comparée de la Baubô grecque et de l’Ampelamanañisa malgache » in Représentions comparées du féminin en Orient et en Occident. M.F. Bosquet et Ch. Meure (éd.) Éditions de l’université de St‐Étienne, 2011.

 ______________________________________________________________________________________

Littératures francophones : identités, cultures et sociétés (Semestre 1) – Valérie Magdelaine-Andrianjafitrimo et Marc Arino

Ce cours vise à montrer comment les littératures francophones ordonnent des relations différenciées aux grandes problématiques de l’identité, de la culture, et proposent des discours complexes et ambivalents sur la question des nations et des sociétés. L’étude de corpus divers permet d’en appréhender des manifestations contrastées.

Partie 1 : « L’Atlantique noir » (V. Magdelaine-Andrianjafitrimo) 

L’Atlantique noir est un ouvrage de Paul Gilroy auquel cette partie du cours emprunte son titre. Il s’agira de suivre la route culturelle et littéraires des diasporas ouest-africaines, suite à la traite négrière et à la colonisation vers la Caraïbe, les USA et la France. Ce cours rappellera quelques points et notions historiques (en particulier sur la colonisation, la décolonisation, la postcolonie et la colonialité) indispensables à la compréhension de ces mécanismes d’échanges et d’influences culturels. Il nous permettra un parcours dans les visions littéraires et iconographiques blanches sur les Noirs et en retour, de montrer comment des voix littéraires noires en prise avec la « double conscience », se sont pourtant élevées en langue française. Nous travaillerons ainsi sur la question de l’engagement en littérature et sur la dimension politique de la littérature à travers la représentation de la revendication des droits de ceux que l’histoire a marginalisés par l’esclavage, la colonisation et l’aliénation. Une étude du mouvement de la négritude, de ses relations avec les mouvements nord-américains et panafricanistes nous permettra d’analyser ces questionnements à travers une lecture d’extraits de Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire (à lire intégralement), de poèmes extraits de l’Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française de Senghor, de textes d’idées. Nous dépasserons cette perspective en montrant comment les mouvements panafricanistes culturels et intellectuels contemporains s’émancipent de toute pensée victimaire et, en s’appuyant sur la pensée décoloniale majeure de Frantz Fanon, revendiquent pour les peuples noirs et l’Afrique, un nouveau rapport au monde et à l’esthétique (Ex. Felwine Sarr).

Les CM seront l’occasion de ce voyage dans l’Atlantique noir, les TD seront consacrés à des études de textes et permettront aux étudiants de présenter des recherches de leur choix autour de certaines œuvres, de certaines figures marquantes des mouvements noirs, de certains éléments culturels et artistiques des diasporas noires…

 Le cours s’appuiera sur des fascicules de documents qui seront déposés avant la rentrée sur moodle et qui devront être lus. Les étudiant.e.s devront pouvoir consulter ces textes et documents lors des CM comme des TD, sous quelque forme que ce soit, hormis sur smartphones.

 

Corpus majeur :

CESAIRE, Aimé, Cahier d’un retour au pays natal, Paris, Présence Africaine, [1939]. = à lire intégralement

FANON, Frantz, Peau noire, masques blancs, Paris, Seuil, « Points », [1952]. = à lire intégralement

SENGHOR, Léopold Sédar, Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française, Paris, PUF, « Quadrige », 1948. (extraits distribués sur moodle)

Bibliographie :

ANTOINE, Régis, La Littérature franco-antillaise : Haïti, Guadeloupe et Martinique, Paris, Karthala, 1992.

BALDWIN, James, et Raoul PECK, I am not your negro, Paris, Robert Laffont, 2017.

CESAIRE, Aimé, Discours sur le colonialisme, Paris, Présence africaine, 1950.

CHANCÉ, Dominique, Histoire des littératures antillaises, Paris, Ellipses, 2003.

CLAVARON, Yves, Petite Introduction aux postcolonial studies, Paris, Kimé, 2015.

COMBE, Dominique, Aimé Césaire, « Cahier d’un retour au pays natal », Paris, PUF, 1993.

DU BOIS, W.E.B, Les Âmes du peuple noir, [1903], Paris, La Découverte, 2008.

GILROY, Paul, L’Atlantique noir : modernité et double conscience, [2003], Paris, Editions Amsterdam, 2010.

Revue Gradhiva, Présence africaine. « Les conditions noires : une généalogie des discours », n° spécial, 2009.

HOFFMANN, Léon-François, Le Nègre romantique : personnage littéraire et obsession collective, Paris, Payot, 1973.

MABANCKOU, Le Sanglot de l’homme noir, Paris, Fayard, 2012.

MANGEON, Anthony, La Pensée noire et l’Occident, Paris, Sulliver, 2010.

MBEMBE, Achille, De la postcolonie, Paris, Karthala, 2000.

NDIAYE, Pap, La Condition noire, essai sur une minorité française, Paris, Calmann-Lévy, 2008.

SARR, Felwine, Afrotopia, Paris, Philippe Rey, 2016.

STOLER, Ann Laura ; COOPER, Frederick, Repenser le colonialisme, Paris, Payot, 2013.

THOMAS, Dominic, Noirs d’encre, Paris, La Découverte, 2013.

 

Partie 2 : « La nouvelle québécoise à la charnière des XXe et XXIe siècles. » (Marc Arino)

Comme l’écrivent René Audet et Philippe Mottet dans leur ouvrage Portrait d’une pratique vive. La Nouvelle au Québec (1995-2010), la nouvelle québécoise jouit d’un statut privilégié, tant au sein de la littérature québécoise que plus globalement dans la littérature d’expression française, depuis les cinquante dernières années. Elle manifeste en effet une santé certaine depuis la traversée de son « âge d’or », durant la décennie 1985-1995, jusqu’à aujourd’hui.

Si l’on considère les esthétiques rattachées traditionnellement au genre bref, force est de constater que le fantastique tend à céder du terrain dans la nouvelle québécoise face à un réalisme plus proche des préoccupations et du quotidien des lecteurs, parfois à la limite de l’autofiction.

Entre 1995 et 2010, certains recueils de nouvelles connaissent un succès populaire tel qu’ils sont devenus des « classiques », tous genres confondus, à l’instar des Aurores montréales de Monique Proulx (1996) et des Gens fidèles ne font pas les nouvelles de Nadine Bismuth (1999).

Comme l’écrit Gaétan Brulotte dans son ouvrage La Nouvelle québécoise (2010), ce succès « populaire » et le classement paradoxal de la nouvelle parmi les genres dits « mineurs » n’empêchent pas qu’elle soulève des problématiques majeures concernant le rapport de l’individu à lui-même, à l’autre et à la société. Sa forme incisive constitue « le lieu de la remise en question et de la révolte permanente, déstabilise les idées reçues et, par son inventivité, permet au sujet comme à la société de se dire et de se penser autrement ».

Ce cours consistera en une initiation aux enjeux de la nouvelle québécoise francophone.

Corpus (choix de nouvelles parmi les recueils suivants) :

Bismuth, Nadine

  • Les Gens fidèles ne font pas les nouvelles, Boréal, 1999 ;
  • Etes-vous mariée à un psychopathe ?, Boréal, 2009 ;

Proulx, Monique, Les Aurores montréales [1996], Boréal, 1998 ;

Trudel, Sylvain, La Mer de la tranquillité, Les Allusifs, 2006 et version entièrement remaniée publiée en 2013.

Remarques :

– des exemplaires de chaque ouvrage seront prêtés à la rentrée 2020 ;

– les recueils seront étudiés par extraits qui seront reproduits et distribués : il n’est donc pas obligatoire d’acheter les œuvres au programme

 

Bibliographie :

La lecture des documents qui seront envoyés par mail courant septembre 2020 est fortement conseillée.

Arino, Marc, « Poétique de la catastrophe dans La Mer de la tranquillité de Sylvain Trudel ou comment la vie décille les yeux des enfants », in La nouvelle québécoise contemporaine (1995-2010) : état des lieux d’une pratique vive, (dir. René Audet et Philippe Mottet), Québec, Editions Nota bene, « Contemporanéités », 2013, 454 p., p. 289-309 ;

Audet, René, Des textes à l’œuvre. La Lecture du recueil de nouvelles, Nota Bene, 2000.

Audet, René et Mottet, Philippe, Portrait d’une pratique vive. La Nouvelle au Québec (1995-2010), Nota Bene, 2013.

Brulotte, Gaétan, La Nouvelle québécoise, Hurtubise, 2010.

Carpentier, André, Ruptures. Genres de la nouvelle et du fantastique, Le Quartanier, 2007.

Carpentier, André et Lord, Michel (dir.)

– « Lectures de nouvelles québécoises », Tangence, n° 50, mars 1996.

La Nouvelle québécoise au XXe siècle. De la tradition à l’innovation, Nuit blanche éditeur, 1997.

Cotnam, Jacques et Whitfield, Agnès (dir.), La Nouvelle : écriture(s) et lecture(s), XYZ, 1993.

Gallais, François et Vigneault, Robert (dir.), La Nouvelle au Québec, Fidès, 1996.

Lahaie, Christiane, Ces mondes brefs. Pour une géocritique de la nouvelle québécoise contemporaine, L’instant même, 2009.

Lord, Michel, Brèves implosions narratives. La Nouvelle québécoise 1940-2000, Nota Bene, 2009.

Mottet, Philippe et Sylvie, « La nouvelle québécoise contemporaine », Littératures, n° 52, 2005.

Minelle, Cristina, La Nouvelle québécoise (1980-1995). Portions d’univers, fragments de récits, L’instant même, 2010.

Ozwald, Thierry, La Nouvelle, Hachette, 1996.

 ______________________________________________________________________________________

Poétiques comparées : modèles, formes et genres (Semestre 2)
Bénédicte Letellier

« Épopée et lyrisme dans la poésie française et arabe contemporaine »

En analysant les formes épiques de la poésie arabe contemporaine, nous verrons que la poésie peut être épique et lyrique, politique et intime, monologique et dialogique. En comparant cette poésie, profondément marquée par le déplacement et l’exil, avec la poésie essentialiste et philosophique telle qu’elle se formule dans la poésie française contemporaine, nous nous demanderons dans quelle mesure il n’y a de poème lyrique qui ne puisse être d’abord épique. Dans le paysage mondial actuel, peut-on véritablement recourir à la puissance créatrice de la poésie si elle ne se limite qu’à n’être qu’une « agence immobilière » (Henri Meschonnic) pour loger les je « perdus dans le bois de la langue » (Henri Meschonnic) ou la langue de bois ? Il s’agira donc d’ouvrir la réflexion sur les théories du langage et du rythme et, plus globalement, sur les conceptions de la poésie et du monde.
Pour initier cette vaste réflexion, nous étudierons et comparerons de plus près des poèmes de Michel Deguy (1930- ), d’Abdelwahab Meddeb (1946-2014) et de Wadih Saadeh (1948- ).

Corpus :
Michel Deguy, La vie subite, Editions Galilée, 2016.
Abdelwahab Meddeb, Portrait du poète en soufi, Editions Belin, 2014.
Wadih Saadeh, Le texte de l’absence, Actes Sud, 2010.

Bibliographie :
Michel Deguy, La poésie n’est pas seule : court traité de poétique, Paris, Le Seuil, coll. « Fiction & Cie », (99), 1987.
Michel Deguy, La Raison poétique, Paris, Galilée, coll. « La Philosophie en effet », 2000.
Judith Labarthe (dir.), Formes modernes de la poésie épique. Nouvelles approches, Peter Lang Publishing Group, 2004.
Jean-Michel Maulpoix, « Michel Deguy : Pourquoi la poésie ? », Le poète perplexe, José Corti, 2002.
Abdelwahab Meddeb, Instants soufis, préface de Christian Jambet, Paris, Albin Michel, 2015.
Abdelwahab Meddeb, L’Exil occidental, Paris, Albin Michel, 2005.
Henri Meschonnic, Dans le bois de la langue, Editions Laurence Teper, 2008.
Tiziana Migliore et Paolo Fabbri (dir.), The Architectures of Babel. Creation, Extinctions and Intercessions in the Languages of the Global World, Olschki, 2011.
Jean-Claude Pinson, Poéthique, une autothéorie, Champ Vallon, 2013.
Dominique Rabaté, Gestes lyriques, José Corti, 2013.

____________________________________________

Théories comparatistes (Semestre 2)
Bénédicte Letellier

« La littérature générale et comparée et la transdisciplinarité »

Ce cours interrogera la place et les enjeux de la littérature générale et comparée face à une posture intellectuelle de plus en plus répandue dans la recherche et l’enseignement et qui se nourrit principalement d’une approche interdisciplinaire, pluridisciplinaire ou transdisciplinaire. Après avoir dégagé les spécificités méthodologiques et théoriques, d’une part de la littérature générale et comparée et, d’autre part, de la transdisciplinarité, ce cours interrogera la posture éminemment éthique que partagent ces deux approches réflexives à travers l’exemple de la géocritique et de la géopoétique, qui sont au croisement de la littérature et de la géographie.

Des textes seront disponibles sur Moodle avant le début du cours. Pour aborder sereinement ce cours, les étudiants doivent lire ou parcourir les ouvrages de la bibliographie ci-dessous.

Bibliographie :

Bachelard, Gaston, Poétique de l’espace, Paris, Hermann 1957.

Berque, Augustin, La mésologie. Pourquoi et pour quoi faire ?, Presses Universitaires de Paris Ouest, 2014.

Deguy, Michel, L’envergure des comparses, Écologie et poétique, Paris, Hermann Le Bel Aujourd’hui, 2017.

Collot, Michel, Pour une Géographie Littéraire, Paris, Corti, 2014.

Morin, Edgar, Introduction à la pensée complexe, Paris, Le Seuil, 2005.

Nicolescu, Basarab, La transdisciplinarité : manifeste, Editions du Rocher, 1996.

Nicolescu, Basarab, From modernity to cosmodernity : science, culture and spirituality, State University of New York Press, 2014.

Suberchicot, Alain. Littérature et environnement. Pour une écocritique comparée, Paris, Honoré Champion, 2012

Westphal, Bertrand, « Pour une approche géocritique des textes », La géocritique : mode d’emploi, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2000.

Westphal, Bertrand, La géocritique mode d’emploi, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2000.

Westphal, Bertrand, La géocritique. Réel, fiction, espace, Paris, Minuit, 2007.

Westphal, Kenneth, Institut international de géopoétique : texte inaugural, Paris, 26 avril 1989.