fallback-image

L’indisciplinarité du poème : billet d’Ornella Dantier

LuminetDans le cadre du séminaire de recherche en littérature comparée sur « L’indisciplinarité du poème » animé par Bénédicte Letellier, nous publions ici un billet d’Ornella Dantier : « Lire le poème en réécrivant ».

Elle compare un poème d’Henri Meschonnic avec un poème de Jean-Pierre Luminet à partir de sa réécriture du poème de Meschonnic :

Coule, coule Ma terre !
Fais couler tes paroles mêlées comme du sang.
Et elle me répondit, « Pour qu’elles passent pour riantes ? Pour vivantes ? »
« Eh oui » lui fis-je, « Car elles sont là, présentes en nous toujours »
Dans chaque main, je les cherche des yeux
Mais chaque passant qui passe me montre le temps qui passe
Chuuuuttttt…..

Bénédicte

Related Posts

Piégé par la machine (Marc Arino)

Piégé par la machine (Marc Arino)

L’insoutenable légèreté du prosaïsme quotidien (Anne-Sophie Ferrere)

L’insoutenable légèreté du prosaïsme quotidien (Anne-Sophie Ferrere)

Scandale littéraire : d’où viennent le Dr Jekyll et Mr Hyde ? (Medhi Becheri)

Scandale littéraire : d’où viennent le Dr Jekyll et Mr Hyde ? (Medhi Becheri)

« La littérature est-elle transmissible ? » (Laura Vitry)

« La littérature est-elle transmissible ? » (Laura Vitry)