Archives de catégorie : Evénements

Conférences :

Hélène Fau (Université de Sarrebruck)

Hélène Fau (Université de Sarrebruck) donnera deux conférences à l’université de La Réunion dans le cadre d’un échange ERASMUS.

Le jeudi 12 septembre à 18h en amphi 5 Sudel Fuma, la conférence organisée dans le cadre des « Jeudi de la faculté des lettres » portera sur « Religions et laïcité dans les séries télévisées ». Depuis quelques années, les séries télé (françaises et autres) s’imposent dans le paysage audio-visuel français comme un genre majeur. Entretemps, des festivals (Cannes Séries, série Mania à Lillle), des blogs (Le monde des séries), des articles de presse, des émissions de radio (Du grain à moudre), des colloques universitaires et même des thèses leur sont consacrés. Rien de surprenant puisque de plus en plus de spectateurs succombent régulièrement à ce qu’on appelle le « binge watching » (visionnage en rafale), c’est-à-dire à la consommation de toute une saison sans interruption. La conférence s’intéressera en particulier à trois séries (La commune / Ainsi soient-ils / Au nom du père) et à la manière dont celles-ci mettent en scène les religions et la laïcité.

Le vendredi 13 septembre de 12h à 14h en amphi 1, la conférence organisée par DIRE portera sur « Femmes et genres dans le roman français / francophone contemporain ». Comment les femmes sont-elles représentées dans la littérature française / francophone contemporaine ? Quelle place le texte littéraire, écrit par des femmes et des hommes, leur accorde-t-il ? Les femmes participent-elles activement à l’histoire, progressivement libérées du regard social, ou n’en sont-elles que de simples témoins, encore et toujours ligotées par les conventions et assignées à d’incontournables tâches ? En d’autres termes sont-elles le reflet d’une socialisation subie et genrée ? Le texte est-il, lui-même, toujours et encore genré ? Aussi, à partir de différents exemples, cette communication analysera-t-elle les rapports que les personnages féminins de romans entretiennent avec les marqueurs de genre tels que le corps, l’identité, la filiation (ou plus exactement la fabrique sociétale du corps, de l’identité etc.) et tentera de répondre aux questions formulées ci-dessus.

Colloque international et

pluridisciplinaire:

« Mouvements culturels et littéraires et revues. Propagande et militantisme : océan Indien et Europe (XIXe et XXe siècles) »

Des chercheurs du LCF et de DIRE de l’université de La Réunion organisent un colloque international et pluridisciplinaire sur les thèmes de la propagande, du militantisme et de la contre-propagande.

Il se déroulera du 24 au 25 octobre 2018 à l’UFR Lettres et Sciences Humaines, en Amphithéâtre 200.2.

« Ce colloque vise à analyser et à interroger les modalités selon lesquelles les idées et les représentations militantes s’exprimaient dans l’espace public, le champ littéraire et artistique. Il vise à restituer ces productions culturelles en les contextualisant d’un point de vue sociohistorique et anthropologique. » (Lire la suite du programme.)

Conférence :

Tiphaine Samoyault

Dans le cadre des « Conférences de la faculté des Lettres » à l’Université de La Réunion, Tiphaine Samoyault, Professeur de Littérature Comparée à Paris III, présentera une conférence sur La langue mondiale de Pascale Casanova le mardi 23 octobre à 18h dans l’amphithéâtre Polenyck (4).

Elle interviendra aussi pour les étudiant.e.s de Master le mardi 23 octobre de 10h à 12h en salle 46 pour parler de deux ouvrages récents en français consacrés aux questions post coloniales, celui de Thomas Brisson, Décentrer l’Occident, les intellectuels post coloniaux chinois, arabes et indiens et la critique de la modernité (Éditions La Découverte, 2018) et celui de Souleymane Bachir Diagne et Jean-Loup Amselle, En quête d’Afrique(s). Universalisme et pensée décolonisée (Albin Michel, 2018).

Colloque international :

« Définis-moi l’Indianocéanie »

L’UFR Lettres et Sciences Humaines de l’université de La Réunion et l’OIES organisent, en partenariat avec l’OSOI, le LCF, DIRE, le CRJ, la COI, la Région Réunion et des universités de l’océan Indien (Comores et Madagascar), un colloque international sur le concept de l’Indianocéanie les 4 et 5 octobre 2018 en amphithéâtre 550.

Les communications programmées pour ce colloque (lire le programme détaillé ici) offrent une réflexion sur ce concept, son contenu et son importance géostratégique. Ce colloque s’inscrit dans la continuité du colloque de Mahébourg (Maurice, 2013), « L’Indianocéanie, socle et tremplin de notre devenir » (organisé par la Commission de l’océan Indien) et la publication de l’ouvrage collectif (dirigé par Jean-Michel Jauze, COI, 2016), Patrimoines partagés, traits communs en Indianocéanie.

Événement :

Le nouveau site de la SFLGC

SFLGCDepuis le 5 mars 2018, le nouveau site de la SFLGC est en ligne. Très régulièrement alimenté, il offre aux internautes une meilleure visibilité des activités scientifiques et pédagogiques de la Société Française de Littérature Générale et Comparée qui étaient jusqu’alors annoncées sur le site Vox Poetica.

Ce site permet aux comparatistes de diffuser des annonces, de connaître l’évolution contemporaine de la recherche et de l’enseignement en littérature comparée et de soumettre des publications. Il a été créé à l’initiative de Vincent Ferré. Il est mis en forme et géré par une équipe de volontaires, membres du CA de la SFLGC. Belle navigation sur ce nouveau site !

 

Publication :

Centres et périphéries de la littérature mondiale

Les Éditions Connaissances & Savoirs viennent de publier dans la collection « Littératures non occidentales » un ouvrage (en vente ici) dirigé par Amaury Dehoux (Université Catholique de Louvain-la-Neuve) : Centres et périphéries de la littérature mondiale, Une pensée connectée de la diversité.

En tant que système, la littérature mondiale établit des connexions mouvantes entre différentes zones géographiques, culturelles et linguistiques. C’est pourquoi les notions de centre et de périphérie se voient constamment renouvelées et demeurent d’une grande fécondité pour la critique littéraire aujourd’hui. Le présent ouvrage s’intéresse précisément à quelques actualisations remarquables du binôme centre-périphérie dans la littérature contemporaine. Il envisage les dynamiques, les dispositifs et les problématiques propres à diverses littératures non occidentales, qu’elles soient européennes (Bulgarie, Slovénie) ou extra-européennes (océan Indien, Caraïbes, monde arabe). Il interroge sur cette base la pensée du relatif et de l’universel, qui sous-tend toute littérature, et le devenir d’une telle pensée à l’ère de la globalisation. (Lire le sommaire)

Séminaire GenderMed :

« Le féminin dans l’œuvre poétique d’Adonis »

Bénédicte Letellier (Maître de Conférence en Littérature Comparée à Université de La Réunion) animera un séminaire de GenderMed (réseau thématique de la MMSH, AMU / CNRS) organisé par Randi Deguilhem le jeudi 14 juin de 10h à 12h sur le Campus Schuman (Maison de la Recherche, Aix-en-Provence). Elle abordera le thème du féminin dans l’œuvre poétique et visuelle du poète syrien Adonis.

Synopsis : Dans un dialogue avec Houria Abdelouahed, Adonis prolonge la pensée d’Ibn ‘Arabî et dit : « Tout lieu commandé par la seule virilité, est stérile. » Ainsi, pour lui, « l’homme, sans la féminité et sans cette dimension du féminin, devient une machine. » (Violence et Islam, 2015, p. 105)
Nul doute que l’art et la pensée d’Adonis célèbrent et exaltent le féminin de diverses manières. Je dirais que cela va de soi lorsqu’on est poète. Mais, si l’on n’est pas poète, à quoi voit-on qu’il y a du féminin ? Adonis associe la féminité à la fécondité, à la créativité. Bien plus qu’une question de genre, bien plus qu’une réflexion intellectuelle sur la place de la femme qui n’est qu’un des aspects de la dimension féminine du monde, le poète partage avec nous la puissance de fécondité que recèle tout être vivant. Cela passe par un lien au corps, comme une reconquête de soi. Et plus étonnamment, cela passe par une ouverture à l’autre, à notre étrangeté fondamentale. « Par toi, dit le poète, j’arrive à moi-même, je m’atteins » (Commencement du corps fin de l’océan, « Vagues », Mercure de France, 2004, p. 109). A travers ces deux parcours, vécus et évoqués avec enthousiasme par le poète, le poème esquisse de nouvelles manières d’aimer, soi-même comme un autre. Chaque fois, le poète choisit un lieu commun d’expérimentation (le corps, l’image de la femme, le mythe, le symbole, la nature…) où s’éprouve quotidiennement cette distance qui nous sépare de l’autre – femme ou homme – et de nous même et où se devine un amour possible qui sera nécessairement un lien fécond, la dimension visible du féminin.
En tant que femme, lectrice, critique et traductrice de l’œuvre poétique d’Adonis, je présenterai ce que j’y ai vu de féminin (autant dans ses poèmes que dans ses œuvres graphiques) et la manière dont je propose de le traduire.